L’initiative AH !

AH ! Contre la folie des grandeurs, de l’argent, du pouvoir ou de l’idéologie

Le badge ah ! que vous avez pu voir à la boutonnière d’un certain nombre de personnes qui vous ont paru sympathiques symbolise l’accord de reconnaissance mutuelle d’un ensemble de réseaux d’associations civiques et écologiques qui, chacune à leur manière, tentent de jeter les bases d’une société post-néolibérale, i.e. d’une société dans laquelle il soit possible de vivre bien, en harmonie les uns avec les autres et avec notre environnement, en échappant à la loi du toujours plus, ainsi qu’à la folie des grandeurs, de l ’argent, du pouvoir ou de l’idéologie.

AH ! peut s’interpréter de trois manières à la fois différentes et complémentaires. Il peut signifier :

Avancer en humanité ! (Advance in humanity !). Autrement dit, apprendre à dépasser le stade de la guerre de tous contre tous où l’homme est un loup pour l’homme et, pour cela, progresser en sagesse à la fois individuelle et collective.

Anti hubris ! Avancer en humanité suppose de surmonter, individuellement et collectivement, le risque qui menace tous les humains, celui de basculer dans ce que les Grecs anciens appelaient l’hubris, la démesure, la perte du sens des limites, le désir de toute-puissance, dont la forme aujourd’hui dominante consiste à vouloir posséder toujours plus  (ce que les mêmes Grecs appelaient la pléonexie).

Alter-humanisme ! (Alter humanism!). Face au mépris et à la haine des humains qui ne sont pas de même couleur de peau, de même culture de même religion, etc. ou à l’hubris transhumaniste qui ne considérera bientôt plus comme pleinement humains que les humains augmentés, il est urgent de réaffirmer les valeurs humanistes mais en dépassant l’humanisme classique sur au moins deux points. L’Homme ne peut plus se penser comme « maître et possesseur de la nature » (Descartes). Il n’est pas maître de la nature, il en fait partie. Il ne peut plus se voir seulement comme un sujet autonome, maître de lui et potentiellement du monde, mais aussi comme un sujet fragile, qui a besoin du soutien des autres. De care.

Pour quoi ?

Ces idées, ces valeurs, ces objectifs sont partagés, activement ou passivement, consciemment ou non, par des milliards d’individus à travers le monde, mais ils se sentent impuissants. Nombreux sont ceux qui agissent dans des associations ou des réseaux d’associations locaux, régionaux ou nationaux, mais chacun de ces réseaux interprète ces valeurs communes à sa manière et s’il veut bien, parfois, coopérer avec d’autres, c’est en veillant jalousement à son indépendance. Dans ces conditions, il leur est impossible de se cordonner avec un minimum d’efficacité. Le réseau de réseaux AH !, totalement informel, est né du constat de cette inefficacité et de cette impuissance. Il se propose d’inverser le raisonnement que tiennent spontanément les associations civiques et écologiques existantes. Chacune en effet s’efforçant légitimement de développer les meilleures analyses et les meilleures pratiques, et y consacrant tout son temps et toute son énergie, se persuade petit à petit qu’elle en dispose déjà en partie, ou qu’elle les aura bientôt, et qu’il n’y a plus qu’à attendre que tout le monde en soit convaincu. Aussi longtemps que toutes ont le même raisonnement et la même posture il ne peut en résulter que l’impuissance commune et une large invisibilité des bonnes volontés citoyennes et humanistes (alter-humanistes). Et d’autant plus que la majorité des initiatives ou des associations dans lesquelles ces bonnes volontés s’investissent n’ont qu’une portée locale et sectorielle.

Inverser le raisonnement spontané consiste à identifier les quelques valeurs centrales dont toutes ces initiatives s’inspirent, sans qu’aucune d’entre elles, sans que personne ne puisse se considérer comme leur seul interprète ou leur représentant privilégié. Chaque réseau, au contraire, doit se voir comme un porte-parole et un metteur en scène et en forme, parmi des dizaines, des centaines, des milliers d’autres, de ces valeurs communes. C’est ce choix qu’ont effectué tous les réseaux ou réseaux de réseaux civiques qui se reconnaissent sous le symbole AH !. Symbole qui n’appartient à personne ou à tout le monde, à tous ceux qui se reconnaissent dans ses interprétations : Avancer en humanité, Anti-hubris, Alter-humanisme.

Derrière lui, il n’y a aucune organisation particulière, juste l’ensemble informel et ouvert des réseaux (cf. infra) qui acceptent de jouer le jeu en se reconnaissant les uns les autres sous la simple forme de ce qu’il est possible d’appeler des participations symboliques croisées. Par-là, ils entendent simplement signaler qu’ils se reconnaissent dans l’action des autres, qu’ils en participent même s’ils n’y participent pas (on ne peut pas tout faire), qu’ils sont animés par des valeurs communes, au moins a minima, sans que cela implique aucune adhésion formelle, en bonne et due forme à une structure ou une organisation. Disons-le autrement : il s’agit juste d’une déclaration de sympathie et de compagnonnage qui n’engage à rien d’institutionnel et de formel.

Que faire ?

Mais une telle déclaration (qui doit être faite et acceptée), c’est déjà beaucoup. Elle peut changer énormément de choses. Toutes celles et tous ceux qui adhèrent au projet d’avancer en humanité, de lutter contre l’hubris, d‘inventer un humanisme à la hauteur des immenses défis écologiques de notre temps, sont infiniment nombreux. Le paradoxe est qu’ils ne sont pleinement représentés par aucune organisation politique existante, et même par aucune Ecole de pensée actuelle, philosophique, religieuse, économique ou sociologique. Plutôt que d’attendre la femme ou l’homme providentiel qui, tout à coup, nous apporterait la bonne politique, la bonne philosophie, la bonne économie, la bonne société, il nous faut donc apprendre à coopérer à une échelle élargie.

Le badge AH ! fonctionne comme un signe de reconnaissance entre toutes celles et tous ceux qui acceptent de témoigner d’un même souci du bien commun. Partout où ils se trouvent, à l’Ecole, à l’Hôpital, dans les entreprises ou les administrations, dans les territoires ruraux ou dans les quartiers difficiles, etc. ils pourront alors commencer à se parler, à se rencontrer et se demander comment faire concrètement pour rendre leur lieu de vie ou de travail plus harmonieux. Pour inventer les contours d’une société post-néolibérale. Si des milliers, puis des dizaines, puis des centaines de milliers de personnes commencent à se reconnaitre dans ce symbole, dans un pays puis dans plusieurs, dans beaucoup, alors elles se sentiront plus fortes, moins seules ou isolées. Elles prendront ou reprendront espoir et nos sociétés, ravagées par l’hégémonie du capitalisme rentier et spéculatif, pourront commencer à reprendre en main leur destin.

Comment faire ?

Ce site n’appartient à personne, à aucune organisation. Il n’est donc pas possible d’adhérer à AH !, qui n’a pas d’existence institutionnelle. Ou, plutôt, il appartient à tous les réseaux de bonne volonté citoyenne et humaine qui se reconnaissent dans les valeurs exposées ici et qui ont accepté de nouer entre eux des participations symboliques croisées. C’est sur les sites de chacun de ces réseaux que vous pourrez voir la manière particulière dont chacun interprète et met en œuvre ces principes de base communs.

Vous pouvez adhérer à tel ou tel de ces réseaux. Mais si vous désirez simplement entrer vous aussi dans la ronde du AH !, vous pouvez commander badge(s) ou/et ruban(s) via notre formulaire de contact.